TEMOIGNAGE D'UNE VOLONTAIRE DE JADA-TOGO

Dans ce cyberespace, vous pouvez laisser vos offres d'emploi ou de services qu'elles soient destinées à des bénévoles ou à des professionnels.

Modérateurs : GO, Siyanie92

jada-togo
membre actif
membre actif
Messages : 7
Inscription : jeu. avr. 20, 2017 12:20 pm

TEMOIGNAGE D'UNE VOLONTAIRE DE JADA-TOGO

Message non lupar jada-togo » sam. août 11, 2018 6:50 pm

[TEMOIGNAGE D’ Angéline Rebouillat ]

J’ai toujours été intéressée par l’humanitaire, et un beau jour j’ai découvert l’association JADA TOGO sur les réseaux sociaux. J’ai alors pris contacte avec le président de l’association pour en savoir plus. Une semaine plus tard, j’avais mes billets d’avion pour le Togo, rédigé un dossier pour rechercher des partenaires financiers. Grâce aux différentes actions réalisées autour de moi (tombola, vente de gâteaux, cagnottes) j’ai pu financer une partie du voyage et me rendre sur place pour offrir les différents cadeaux (récoltés sur la base du don), le pop-corn et les bonbons achetés sur place.
J’ai vécu une semaine à Tsévié à une trentaine de kilomètres de la capitale, Lomé, encadrée par l’association. Cette dernière ainsi que tous les habitants m’avaient réservé un accueil très chaleureux et dansant ! On s’attache vite aux personnes là-bas, elles ont tellement de mérite. Si tu ne travaille pas, tu ne gagnes rien, tu ne manges pas. On peut voir des jeunes enfants aller aux champs, porter une bassine d’eau sur la tête, avoir un « coupe-coupe » dans les mains à 4 ans.
Chaque enfant croisé dans la rue me faisait signe, m’interpellait. Un simple regard, sourire, un signe de la main suffisait à leur donner le sourire. Alors je ne vous parle pas de leur joie lors de la distribution des cadeaux. Comme ce qu’on peut voir à la télé, les enfants jouent avec un pneu et un bâton, ils marchent pieds nus. Ils se satisfont de peu contrairement aux français qui sont toujours insatisfaits (« éternel insatisfait »).
Les habitants sont très respectueux les uns envers les autres, on ressent un esprit de solidarité, de partage, d’union. On se sent tellement bien parmi eux que le retour en France peut être difficile.
Le rythme de vie est également différent de la France, on se sent libre au Togo, on VIT, on ne court pas après le temps, ce pourquoi les journées peuvent paraitre longues parfois. Libre de circuler, sans contraintes administratives ou matérielles concernant les véhicules, on roule avec ce qui peut rouler, peu importe l’état. On se retrouve à trois sur une moto, sans casques, à contre sens parfois, avec un chauffeur inconnu et pourtant on se sent toujours en sécurité. De même pour les trajets en voiture, à 8 dedans, sans ceintures, des chèvres sur le toits, des poules dans le coffres, à vivre !!!
C’est avec l’association que j’ai découvert la culture togolaise, que j’ai pu visiter la ville de Kpalimé, les cascades de Womé, les rizières, la fabrication des marmites à Bolou. Nous sommes également allés au Centre de Santé de Hové qui nécessite l’installation de panneaux solaires pour apporter l’électricité, ainsi qu’un établissement scolaire ayant besoin d’être remis aux normes pour accueillir les élèves (futurs projets de l’association).
J’ai eu la chance de partager des moments avec les enfants de l’orphelinat de Gbatopé, des jeux éducatifs, des chansons françaises, un match de foot, des activités ludiques. Des moments uniques, riches en émotions et gravés en moi.
Pour le moindre souci, une question, une suggestion, les membres de l’association répondent présents. Ils sont à l’écoute de notre culture européenne et s’adaptent si besoin. Pour ma part, le piment était trop fort et difficilement supporté par mon corps. De même pour les alcools locaux, mais à goûter obligatoirement !! Pour la chaleur, l’hydratation est indispensable (+++) et parfois un petit rafraichissement à la piscine n’est pas de refus.
Étonnamment, les moustiques se sont montrés plutôt discret, ce qui n’est pas plus mal. L’hébergement était plus que correct ! Une chambre, un lit, une moustiquaire, un ventilateur, une salle de bain, que demander de plus. Les douches avec le sceau d’eau à côté, eau ramenée par des enfants. L’eau potable est très accessible, dans des petits sachets plastique, juste une gourde à prévoir.
Je pourrais continuer à vous décrire mon séjour au Togo, mais mon seul conseil restera le même : vivez l’expérience plutôt que de la lire ! Pour ma part, j’ai bien l’intention de retourner au pays et de m’investir sur d’autres projets. Vous en apprendrez davantage sur la vie que vous ne voudrez leur en apporter.

Angéline REBOUILLAT, 23 ans, psychomotricienne
Pièces jointes
IMG-20180301-WA0005.jpg
IMG-20180301-WA0005.jpg (103.4 Kio) Consulté 163 fois
IMG-20180301-WA0004.jpg
IMG-20180301-WA0004.jpg (102.47 Kio) Consulté 163 fois
IMG-20180219-WA0014.jpg
IMG-20180219-WA0014.jpg (111.98 Kio) Consulté 163 fois

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité